Qu’emporter à un festival ? Conseils et guide de survie, Terres du Son, Tours (37)

Comme la plupart des gens j’aime les festoches. Profiter de l’ambiance estivale, explorer les stands, les animations et les recoins de l’enceinte du festival, capter les expressions, filmer les concerts avec l’espoir de “mettre en boite” et de classer le moment.

Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Rock-en-seine-2015_gagaone-12Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Rock-en-seine-2015_gagaone-10Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Rock-en-seine-2015_gagaone-11

 Pourtant la plupart de mes amis me reprochent d’avoir un référentiel uniquement parisien. Et visiblement cela laisse entendre, que je n’y connaît rien, puisque c’est bien connu les vrais festoches sont “ailleurs”. En dehors de Paris et de sa région pour commencer, avec les perspectives des gigantesques Sziget ou Burning Man en toile de fond.

*********************

L’été dernier c’était mon premier festoche donc, dans la région de Tours (oui, je dis la province). N’ayant aucun repère et mon référentiel étant soi disant bon à renouveller, j’appréhendais, vierge de toute expérience, ces 3 jours à passer dans la tente avec un groupe d’une dizaine d’amis (et amis d’amis, car oui, c’est tout le principe d’un festival).

 Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Terres-du-Son-Tours_gagaone-3

Le temps s’annonçait définitivement chaud et sec, sans espoir d’un quelconque rafraîchissement. La bonne nouvelle, pas de pluie à l’horizon. Pas de risque de patauger dans la boue, de devoir prendre des bottes de pluie en plastique etc…

 Mais… avec ce temps il faut gérer la chaleur, l’hydratation, et la poussière !

 J’ai compris deux choses sur place, opter pour la solution des deux sacs : l’un reste dans la tente avec les habits et autres affaires, l’autre plus petit et pratique ne te quitte jamais.

Tout les objets de valeur, principalement mon appareil photos que je voulais épargner de la poussière ont été mis en sécurité dans le coffre de la voiture.

Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Terres-du-Son-Tours_gagaone-1

Voyant mes potes mettre tout et n’importe quoi dans leur sac de rando, du gros scotch, au cintre en fil de fer, jusqu’au débouche nez à l’eucalyptus. J’ai décidé de ne compter que sur moi même pour préparer le mien. J’avoue que l’ingéniosité de certains de mes compagnons a été saluée à maintes reprises, oui il faut penser au diable ikéa quand on vient en voiture, qui permet de trimballer un gros paquetage qui rassemble deux tentes, une glacière, et plein d’autres sacs de bouffe en un seul voyage de l’autre bout du camping jusqu’à la voiture.

 Voilà les quelques astuces qui m’ont bien servies :

  • garder de la place pour mettre son écocup vide dans son sac besace (donc ne pas trop le remplir)
  • emporter des petits sacs (type congélation, ou petits sacs poubelles), pour tout compartimenter, de l’écocup au tel, pas de risque
  • pléthore de paquets de mouchoirs ou de lingettes bébé qui dépannent tout le temps pour tout et du désinfestant pour les mains
  • un endroit safe pour l’argent ou la carte de paiement du festival, papiers d’identité et pour le téléphone…
  • des bouchons d’oreilles, un mini brumisateur, de la crème solaire si vous en avez besoin

 Mes bonus, le pantalon-short de chez décath, en cas de grosse chaleur, qui permet de remettre des jambes le soir venu et surtout la frontale qui permet d’éclairer son chemin quand on se fraye un passage entre les tentes qui semblent empilées les unes sur les autres au petit matin, mais aussi, et là c’est plus étonnant, portée comme un headband avec la lumière rouge sur la nuque, qui sert de balise pour retrouver un pote puis ta bande…

 Je n’avais pas mesuré à quel point la poussière d’un festoche par ce temps, peut servir à ceux qui ont des cheveux à tendance grasse de super shampoing sec (pour moi, ça a été long et compliqué de leur faire retrouver un aspect souple). Pour ce temps là, donc, prévoyez tout le strict nécessaire de toilette et d’habit. Personnellement mon petit sweat à capuche du collège (qui ne risque plus rien), m’a bien dépannée le soir à la fraîche et mes chaussures de rando ont été à l’épreuve de tous les terrains.

Pensez à l’ouvre-boite, aux sacs poubelle, au couteau et au pq, et à l’anti-moustiques, qui peuvent sauver une situation compliquée.

 Après quelques moments d’observation, on ajuste le contenu de son sac qui devient presque optimal et qui permet de nous rassurer quand on n’assure plus trop nous-mêmes !

Quelques images de l’édition de Terres du Son de l’an dernier

Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Terres-du-Son-Tours_gagaone-7Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Terres-du-Son-Tours_gagaone-9Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Terres-du-Son-Tours_gagaone-6Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Terres-du-Son-Tours_gagaone-4Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Terres-du-Son-Tours_gagaone-5Qu-emporter-a-un-festival-Conseils-survie_Terres-du-Son-Tours_gagaone-8

Bon festival, et pour suivre spécifiquement Terres du Son en live cette année c’est ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *