Petite balade architecturale entre Clichy et Porte d’Asnières (92)

Il est souvent compliqué d’imaginer l’extérieur, hors de la Tour de Clichy, et pourtant à quelques pas seulement, il est possible de trouver quelques curiosités. L’itinéraire suivant relie ainsi la porte de Clichy à la Porte d’Asnières (passant sous le périph), en passant par des points d’intérêts majoritairement architecturaux.

Au départ de la Porte de Clichy, traversez la rue pour vous rendre devant le Tim Hôtel, boulevard Berthier. Laissez-le à votre droite, et dépassez le.

IMG_20130919_145847 IMG_20130919_151250

Les ateliers Berthier : entre théâtre et danse

Sur votre droite vous discernez quelques bâtiments. Il s’agit des Ateliers Berthier qui sont rattachés à l’Opéra de Paris et qui désormais sont surmontés d’une belle enseigne, du Théâtre de l’Odéon.

C’est suite à un terrible incendie qui se déclare le 6 janvier 1894, qui détruit les ateliers et les entrepôts de décors de l’Opéra et de l’Opéra-Comique dans le 9ème arrondissement, rue Richer, qu’un prolongement est construit en 1895 par Charles Garnier lui-même. Les Ateliers Berthier sont alors installés dans un quartier moins densément peuplé, dans le 17ème arrondissement, pour accueillir les décors de spectacles et les costumes de l’Opéra de Paris.
Depuis mai 2005, en revanche, ils sont est devenus une salle de spectacle du Théâtre de l’Odéon, avec une capacité d’environ 400 spectateurs.

En passant à côté rien ne laisse présager des trésors dont regorgent les lieux. Les plus beaux costumes y sont archivés, ceux des plus grands spectacles, de Giselle à Manon, en passant par le Parc. A l’intérieur, l’architecture d’origine a été conservée et seuls les camions estampillés “Opéra de Paris” nous interrogent sur la vocation des lieux. Par moment, avec un peu de chance il est possible d’apercevoir leurs allées et venues, lorsqu’ils déchargent des décors ou des costumes. Le caractère industriel des lieux est intact et des visites ponctuelles sont organisées notamment lors des Journées du Patrimoine. A la vue de la finesse des ouvrages, des décors et des costumes de scène, on imagine aisément les spectacles grandioses auxquels ils correspondent. Aux Ateliers Berthier on trouve aussi, comme c’est le cas à l’Opéra Bastille, des ateliers de peinture, de menuiserie, et de montage des décors.

Derrière les Ateliers, on trouve l’ancienne enceinte de Thiers dont il ne reste plus grand chose (et qui n’est pas visible en ce moment, en raison du chantier du Palais de Justice). A l’issue de l’aménagement, l’ensemble des Ateliers Berthier et du bastion qui date de la moitié du 19ème siècle, seront valorisés par la création d’un espace paysager.

IMG_20130919_143826 IMG_20130919_145101IMG_20130919_151119 IMG_20130919_151212

En continuant dans le boulevard, poursuivez sous le pont sur lequel passent les voies de trains. Vous tournerez à droite dans la rue Albert Roussel. Juste avant, en sortant de l’obscurité du pont, vous pourrez déjà observer des logements faits de structures métalliques et de verdure.
Continuez jusqu’à vous engager dans le Square Marguerite Long.

IMG_20130919_145213 IMG_20130919_145430 IMG_20130919_145551 IMG_20130919_145703

Flower tower

Vous pourrez profiter de la tranquillité du square un instant, avant de poursuivre jusqu’à l’autre bout. Vous trouverez alors la fameuse et étonnante Flower Tower. Cet immeuble est conçu par l’architecte Edouard François compte dix étages dont les balcons sont ornés d’arbres en pots, alignés sur toutes les faces du bâtiment. Il représente ainsi le besoin de nature dans l’espace urbain. Pour l’architecte, il s’agit de s’inspirer de la pratique parisienne qui consiste à fleurir ses balcons, et qui est selon lui une manière de se prémunir contre la densité de la ville.

320 pots encerclent les façades de l’immeuble, tous réalisés dans un béton spécial (Ductal), dont le poids est moindre et permet de ne pas surcharger les balcons. Les plantes qui y poussent sont des bambous qui offrent une lumière tamisée aux habitants. D’espèces diverses, ils ont été sélectionnés par l’architecte qui les a rapportés du Portugal. Parce qu’ils bruissent de manière particulière lorsqu’il y a du vent, Edouard François, les a sélectionnés pour qu’ils ajoutent une dimension supplémentaire, sonore, à la construction. Fixés directement sur les balcons, les pots sont arrosés automatiquement par un système incorporé dans la balustrade.

IMG_20130919_150559 IMG_20130919_150814 IMG_20130919_150909 IMG_20130919_151003

Le résultat est surprenant et l’ensemble inspire la sérénité. A présent, en revenant sur vos pas, retournez tranquillement à la Porte de Clichy. Traversez l’Avenue de la Porte de Clichy et remontez la pour tourner ensuite à droite dans l’Avenue du Cimetière des Batignolles, jusqu’à atteindre le cimetière. Poursuivez ensuite, et engagez vous dans l’avenue Pierre Rebière.

IMG_20130919_151334 IMG_20130919_151429 IMG_20130919_151523 IMG_20130919_151625

L’étonnante architecture de la rue Rébière

L’aménagement de cette rue parallèle au cimetière, large de 12,60 mètres qui s’étend sur 620 mètres, a été le fruit d’une architecture concertée qui s’inscrit dans le Grand Projet de Renouvellement Urbain – GPRU – de la Porte Pouchet. Ainsi donc résidents, urbanistes, élus de l’arrondissement, architectes, et responsables de la Mairie Centrale se sont mis d’accord. L’histoire de ces nouvelles constructions colorées aux matériaux variés a été rapporté dans l’ouvrage « Autrement rue Rebière », aux Editions de l’Arsenal. Il s’agissait dans cet espace de “restituer une continuité urbaine sous le périphérique et valoriser l’habitat existant”. Ainsi donc 180 logements ont été réalisés pour loger les occupants des immeubles proches du périphérique qui seraient tôt ou tard démolis.

Ainsi en travaillant en workshop, neuf cabinets d’architecture ont veillé à la cohérence du projet en présentant chacun un projet. Véronique Barry Delonchamps, directrice de l’aménagement et du renouvellement urbain à l’OPAC de Paris, dit ainsi « nous souhaitions obtenir un ensemble composé plutôt que simplement juxtaposé. Nous ne voulions pas une seule architecture mais une diversité d’architectures coordonnées.« 

Ainsi, parmi tous les projets, désormais on ne peut manquer les fameuses terrasses couvertes et colorées de Raphaëlle Hondelatte et de Mathieu Laporte qui ont imaginé cette tour de 9 étages. Privilégiant les intérieurs généreux et les espaces extérieurs conçus comme des véritables jardins sur le toits avec leur terrasses couvertes. Pour Stéphane Marpin et Nicolas Hugon, leur construction décrit un jardin au cœur de leur immeuble en “V”. Ils en disent “Notre projet se structure par le jeu des extensions, des terrasses, des variations sur le rapport à l’espace extérieur« . Incorporé dans la verdure, surtout au printemps et en été lorsque les arbres sont feuillus, le projet des 5 architectes de l’Atelier Provisoire, épouse les courbes des platanes et des marronniers environnants. Enfin, étonnant par sa hauteur, les architectes de EM2N, disent de leur projet “nous espérons avoir conçu un appartement plus grand que le modèle standard”. Dans cette quête d’agrandissement de l’espace, ils ont imaginé un système de loggias qui intègrent l’espace extérieur aux appartements.

La traversée de cette rue est désormais plus intéressante, l’examen et la compréhension des projets architecturaux permet de comprendre davantage ce qui est à l’oeuvre dans cet espace.

IMG_20130919_151716 IMG_20130919_151952 IMG_20130919_152049 IMG_20130919_152141 IMG_20130919_152228 IMG_20130919_152423

Vous pouvez ensuite rejoindre la station de vélib de Bois-le-Prêtre qui est au bout de la rue ou l’arrêt de bus desservit par les bus 66, 173, ou 341.

IMG_20130919_152818

Bonne balade !


Agrandir le plan

4 Comments

  • La Flâneuse dit :

    Génial cette balade, comme toujours, tu sais trouver des lieux tellement insolites 😉

  • Françoise dit :

    Franchement tes photos sont très belles et il fallait trouver ce quartier, tout de même assez insolite. Bravo.

  • jerome dit :

    Merci pour cette balade à deux pas de chez moi !
    Je m’étais aventuré il y a quelques temps dans ce quartier atypique afin d’y découvrir ces nouveaux habitats qui résonnent comme des tests aux portes de Paris. En revanche, comme je n’avais pas ta vision affûtée et curieuse, je découvre que j’en ai oublié une grosse partie en passant trop vite dans certains coins … Belle et riche année 2014 à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *