Paul Klee Polyphonies à la Cité de la Musique

Issu d’une famille de musiciens, et violoniste, Paul Klee épouse Lily Stumpf, pianiste qui partage sa passion. La musique entretient leur complicité comme le traduit leur correspondance : conseils d’interprétation, composition et transpositions de mesures…Lors de sa pratique musicale avec son quatuor et lorsqu’il se rend à l’opéra, Paul Klee prête une grande attention à l’interprétation des musiciens et à l’émotion qu’il reçoit et ressent. Il fait son choix, ce sera la peinture plutôt que la musique. Il commence à penser l’articulation de la musique polyphonique et de la couleur, en avouant « la couleur me possède ». Il mène un travail rythmique alliant le langage verbal et chromatique. A ce moment, ses peintures rendent la perspective rien qu’en superposant des carrés de couleurs [Port Hammamet, Carrières, Paysage sous temps pluvieux]. « En musique, chaque note peut être une unité autonome et accompagnée d’autres prendre la coloration de la gamme. En peinture, le ton garde sa sonorité autonome soumis à l’influence d’une combinaison meilleure perd sa sonorité de base. Le bleu reste bleu extérieurement mais intérieurement ! ». Une réduction s’opère dans son œuvre, comme dans l’air du temps : ses œuvres elliptiques sont comparées aux 6 morceaux de Schönberg ; le théâtre comme art total issu du Blau Reiter influence le courant artistique, ses œuvres sont peuplées de personnages d’opéra ou de pièces ; l’abstraction s’installe, avec elle le courant Dada : symboles, recherches typographiques, et restitution synthétique du motif sont de mise et Paul Klee est nommé un peu plus tard, maître, à l’école du Bauhaus. Il parvient à rendre la vibration tonale dans sa [Fugue en rouge] où le motif est répété avec un jeu sur des nuances de couleurs et de la transparence. En 1930, un tournant s’opère dans son œuvre, avec la technique pointilliste et ses études du contrepoint. Plus tard, il tombe malade, et son geste se schématise. Les figures naissent alors de la fusion entre le corps et l’instrument, formidable synthèse entre les deux disciplines.

http://www.exponaute.com/expositions/3852-paul-klee/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *