Damien Hirst – Spot Paintings à la Gagosian Gallery

Commencer son initiation aux [Spot Paintings] de Damien Hirst par l’exposition dont l’ubiquité se vérifie dans toutes les galeries Gagosian : New York, Londres, Paris, Los Angeles, Rome, Athènes, Genève et Hong Kong , était une bonne idée. Du concept un brin mégalo, nait une exposition qui laisse dubitatif : qu’est-ce qu’on regarde ? Production « industrialisée », qui sort du geste de l’artiste (ce sont des machines qui produisent les toiles), il est lui, à l’origine de l’idée : associations précises des couleurs, taille variable des points ou monochromes… Les lignes des dessinent et se trouble, une légère illusion d’optique apparait. Les noms des toiles évoquent des compositions de produits pharmaceutiques, cela laisse perplexe, et presque un arrière goût dans la bouche. Les choses prennent une autre tournure quand on lit le propos de l’artiste qui confesse au Figaro, que les Spot Paitings « (Ils) sont à double tranchant: au début, ces ronds colorés ont l’air joyeux, simples, jouent sur la séduction. Puis, on n’arrive pas à faire le focus. Un malaise s’instaure, un inconfort inattendu, un mélange de positif et de négatif. » L’esthétisme indiscutable de la disposition des toiles dans l’espace blanc de la galerie Gagosian mérite le coup d’œil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *