Claudine Drai – L’être au monde à la Galerie Jérôme de Noirmont

Sans titre, 2011. Papier de soie et pigment sur toile. 80 x 80 x 11 cm. (c)Claudine Drai. Courtesy Galerie Jérôme de Noirmont.

Une matière et une texture blanche qui semble duveteuse. Qui se précise en une myriade de petites bonnes femmes façonnées et traduisant un élan de vie composé de chaque mouvement pris dans son individualité. C’est dans le travail de modelage associé aux nuances de la couleur et à la texture obtenue par le froissement des matières qu’on lit le mouvement, l’expression de chacun des personnages. Les sculptures de la seconde pièce interpellent aussi par leur mouvement d’abord – on est presque pris dans les bras tendus de l’une d’elle tandis qu’on la regarde – par le travail de leur matière ensuite. Ici aussi on constate le froissement, directement dans la forme et dans la matière. L’attitude du [silence] m’a interpellée par son attitude. Dans la dernière pièce plus de personnage, juste le travail du « fond », de sa texture et de sa couleur. Un ballet poétique où les petites bonnes femmes font penser à des anges, à des danseuses ou à un véritable peuple, nous font un instant quitter la réalité et percevoir le pur élan de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *