Au fond…

(Ma participation à l’atelier d’écriture qui consiste à illustrer la photo plus bas dans l’article)

Essayer de s’échapper, d’éviter de penser, de fuir le retour réflexif. Les choses pouvaient bien advenir, sans pour autant qu’il soit nécessaire d’avoir de prise sur elles. Plus rien n’arrivait à se couler dans le fluide poussant les doigts à courir sur le clavier pour, modeler les mots qui se dérobaient, et le sens qui peinait à s’ordonner. L’élan créatif, le regard critique et habitué à dénicher ce qui avait l’habitude de rester dissimulé ne s’exerçait qu’à soutenir la luminance des écrans et à se reposer lors de longs trajets quotidiens. Dans la routine qui peu à peu se tissait, le sens s’effaçait de tout, des occupations constantes, du travail et des relations humaines. Il était difficile de s’avouer tel que l’on était réellement, il valait mieux laisser une image imprécise et quasi fausse. C’était préférable. Ce faisant pourtant, cherchant à s’épargner, à se dérober aux autres, il était forcé de se perdre soi-même.

Ainsi donc derrière les touches du clavier, les mots formulés autrement, ne demandaient qu’à suivre un tout autre chemin, celui d’un sens bien personnel. Être soi-même requérait un effort, quelque chose de presque douloureux dans cette situation. Les autres ne semblaient pas se poser autant de barrière. La vie leur convenait ainsi. Dans ce théâtre social où les échanges n’étaient que mensonges. Sans avoir froid aux yeux, ou sans gène il n’hésitaient pas à se raconter, à commenter tout ce qu’ils faisaient, pensant sans doute qu’ils faisaient tout avec excellence. Qu’on ne pouvait se passer d’eux. Pour d’autres, il fallait se montrer, s’afficher, se dévoiler physiquement. Le partage disparaissait au profit de la glorification personnelle. On cherchait à se persuader de sa valeur. La réflexion était biaisée, passée au crible d’une appréciation intéressée. Pour tout ceux-la, il était conseillé de ne rien relever, ni paroles, ni jugement, ni actes, même si parfois une mise au point s’avérait nécessaire. Ils paraissent dans leur négativité, seulement perceptible par leur forme. Le fond n’était pas sondable, l’imagerie ne révélait rien. Pour elle pourtant, la radio avait révélé une grosseur anormale sous le bras. Avec injustice.

Crédits : Marion ( Twenty three peonies)

Crédits : Marion ( Twenty three peonies)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *