Au dessus de toi(ts)

toits_NormaNorma était au dernier étage d’un immeuble haussmannien, dans une chambre de bonne sous les toits. Etouffée par la vacuité de son existence.

Doucement, effleurant tout juste les lattes brutes du plancher, elle rejoignit la baignoire, alluma l’eau et la regarda se remplir lentement.

 

Délicatement elle retira ses vêtements, les laissa glisser à terre, et s’enfonça dans le liquide brûlant.

Barbotant alanguie au dessus de la ville, elle leva les yeux vers le ciel.

Blanc. Toujours. Comme si une pellicule opaque recouvrait la réalité. Un blanc morne qui ne présageait nullement de l’arrivée imminente de flocons scintillants. Les baies vitrées lui donnaient l’impression de survoler les rues, d’exister par-delà les toits qui réfléchissaient son état d’âme.

Elle se remémora la scène : la peinture au chocolat, son corps transformé en œuvre d’art par cette crapule dont elle était esclave. Prisonnière de ses sentiments, elle avait jeté un dernier regard au coucher de soleil à travers les persiennes avant de remercier poliment Assuérus de la séance. Elle s’était rhabillée, elle avait empoché son cachet  et avait tourné les talons à son roi d’Orient, au regard perçant et aux cheveux noirs de geai ordonnés à la brillantine.

Elle était loin maintenant. Ses orteils, ses tétons et ses doigts commençaient à rosir comme des berlingots. Elle ferma les yeux, lasse, flottant au dessus des autres.

Petit texte fait dans le cadre de :
http://www.franceculture.fr/2013-01-06-11-mots-pour-une-histoire#comment-429038

2 Comments

  • Armelle dit :

    Je suis friande de ces petits jeux d’écriture et je trouve le tien particulièrement touchant avec un petit soupçon d’érotisme flottant au-dessus des toits de Paris. Bravo !

    • Gaelle dit :

      J’ai aussi beaucoup apprécier me laisser aller à ce petit exercice pour exprimer mon impression du moment ! Bises à toi

Répondre à Armelle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *